Bureau national

 

Compte rendu de la réunion du 22 septembre 2004

  1. Elections au Bureau National :

5 inspecteurs du second degré ont fait acte de candidature pour les 2 postes restant à pourvoir au bureau national. Le matériel de vote et les professions de foi seront insérés dans le prochain bulletin du SI.EN. L’élection se déroulera selon la procédure habituelle et le dépouillement aura lieu lors du Conseil syndical du 17 novembre.

  1. Compte rendu de l’audience avec le nouveau Directeur de l’Encadrement.

Paul Desneuf impulse visiblement un nouveau fonctionnement puisqu’on a maintenant un cabinet avec un directeur de cabinet. Nous savons qu’en tant que recteur il a mis en œuvre une politique académique, ce qui va plutôt dans le sens des positions du SI.EN. Mais nous avons dû constater que la concertation entre le recteur et les inspecteurs n’était pas toujours au rendez-vous. L’exemple de Lille est éclairant sur ce point.

Par ailleurs il a insisté pour dire que le fonctionnement du premier degré ne convenait plus. Nous faisons nous aussi le même constat et nous sommes prêts à travailler avec les responsables du ministère pour trouver des solutions à ce qui apparaît comme une impasse très dommageable.

  1. Décret sur l’évaluation des inspecteurs.

Sur le principe, nous sommes d’accord car ce texte a le mérite de placer tous les inspecteurs dans les mêmes conditions. Mais en l’état actuel des choses, c’est-à-dire avec une classe normale qui se termine à l’indice 733, il n’est pas question de revenir à un système de passage à la hors-classe au mérite. Pour l’instant et lors des prochaines CAPA et CAPN pour la hors-classe, nous continuons à prendre en compte, comme précédemment, les critères objectifs qui reposent pour l’essentiel sur l’ancienneté au 9ème échelon.

L’administration centrale rappelle lorsque cela est nécessaire que les IA donnent un avis, tout comme les inspecteurs généraux et les recteurs et que c’est elle qui propose le classement en CAPN.

  1. Discussion.
  2. conclusion.

Les arbitrages du budget 2005 vont être déterminants. Le montant octroyé pour les indemnités pourrait permettre un réel rééquilibrage. L’audience sollicitée  auprès du Directeur de l’Encadrement devrait nous permettre de mesurer sa bonne volonté. Il est clair en tout cas que nous nous appuierons sur les motions du congrès de Montpellier  pour agir en cas de besoin. Si nous n’obtenons pas un rééquilibrage des régimes indemnitaires et si le groupe permanent n’est pas rapidement mis en place, nous inviterons l’ensemble de nos collègues à un vaste plan de blocage qui pourrait concerner entre autres :

Dès à présent donc, dans la mesure où une certaine incertitude plane, nous pouvons marquer une certaine inertie dans les demandes qui nous sont faites sur ces dossiers. Ne nous précipitons pas, donnons-nous la marge de manœuvre maximale. Il sera toujours possible d’accélérer les choses si tout va bien. A l’inverse il serait dommage de perdre une année en laissant filer des dossiers sensibles. L’exemple du blocage de la carte scolaire en 2001 qui a permis la signature du décret sur la hors-classe a été tout à fait éclairant.

Il nous faut être particulièrement vigilants dans une période où se profilent les textes sur les lettres de mission et sur l’évaluation des inspecteurs ainsi que la mise en place de la L.O.L.F qui peuvent nous être bénéfiques mais qui peuvent aussi nous desservir si nous n’y prenons pas garde.

Michel Volckcrick