Nouvelles modalités pour le recrutement des inspecteurs : Vive la République !... des p'tits copains
 


Après avoir présenté au Comité Technique Paritaire Ministériel d'octobre 2009 un projet d'arrêté reprenant les engagements par Xavier DARCOS dans le cadre d'un protocole signé avec notre organisation syndicale, après avoir développé des échanges au fil de l'année en maintenant l'assurance de la mise en place d'une épreuve écrite anonyme, le ministère vient enfin de rendre sa copie de l'arrêté... qui ne ressemble plus du tout à ce qui était prévu !

Voici donc un avatar intéressant de la conception ministérielle du dialogue social. Avant on discutait et le ministère décidait sans prendre réellement en compte l'avis des représentants du personnel, aujourd'hui le ministère présente un texte qui amène les membres du CTPM à s'exprimer sur une réforme globale, puis il le retire après avoir obtenu un soutien à ladite réforme !

La différence est-elle mineure entre ce qui était prévu et ce qui a été réalisé ? Qu'on en juge : alors que la réforme prévoyait d'introduire une épreuve écrite anonyme permettant de "mieux apprécier les aptitudes des candidats" selon les termes même du ministère, le dispositif retenu reprend rigoureusement l'existant en proposant une admissibilité prononcée sur la base d'un "dossier de reconnaissance des acquis de l'expérience professionnelle". La seule nuance se situe dans le fait que ce dossier sera à présent noté... alors qu'il était jusqu'alors apprécié selon des critères précis fixés par le jury piloté par l'Inspection Générale.

Après le trouble qu'a jeté dans la population le recrutement des inspecteurs d'académie de Paris, il semblait pourtant de bonne politique de montrer une véritable transparence dans le recrutement des cadres, ce que garantissait la mise en place d'une épreuve écrite anonyme consistant, selon les termes du projet d'arrêté présenté en CTPM, "en l'étude d'un cas concret portant sur le système éducatif français et sa comparaison avec les systèmes éducatifs européens, donnant lieu à la rédaction de propositions d'actions".
Le SI.EN-UNSA Education dénonce à la fois ce nouveau mauvais coup porté au dialogue social et les futures procédures de recrutement des inspecteurs qui n'évoluent pas dans le sens des valeurs fondatrices de notre Ecole et de la démocratie.