Audience à la Direction de l'Encadrement (mercredi 3 novembre 2004)

 

 

 

 

La délégation du SI.EN était composée de P. Roumagnac, secrétaire général, de F. Grosbras et de M. Volckcrick, secrétaires généraux adjoints.
l
Des motifs de satisfaction :

1. Les indemnités des inspecteurs :

Le budget 2005 a établi une augmentation des indemnités pour les inspecteurs, de l'ordre de 2 millions d'euros.
Le Directeur de l'Encadrement a annoncé l'alignement des indemnités pour tous les inspecteurs du second degré. Cela donne pour les IEN-ET-EG et les IEN-IO une indemnité de l'ordre de 7440 €, soit une augmentation de 26%. L'augmentation pour les IA-IPR étant d'environ 7%. Pour ce qui concerne les IEN du premier degré, l'indemnité passe à 3100 €.
Une réflexion sera à engager chez ces derniers pour obtenir un régime indemnitaire de même nature, c'est-à-dire qui intègre les "110 journées" au même titre que l'indemnité de circonscription.
Le directeur de l'Encadrement fait part néanmoins d'une certaine modularisation de cette indemnité qui pourra intervenir au sein de chaque corps en relation avec les missions effectuées. Nous serons vigilants bien entendu pour que ces variations soient les plus faibles possibles, mais nous apprécions que celles-ci ne se fassent pas en rapport avec le statut mais bien avec des missions.

2. Evaluation des inspecteurs :

Le décret est passé en Conseil d'Etat. Restent à mettre au point les arrêtés et les notes de service de la Direction de l'Encadrement sur les missions des inspecteurs et sur l'évaluation. Les inspecteurs du premier degré seront évalués par le DSDEN, ceux du second degré le seront par le recteur.
L'inspecteur aura à rédiger une lettre qui constituera l'état des lieux et le supérieur hiérarchique bâtira à partir de cet état des lieux et des objectifs à atteindre une lettre de mission pour 3 ans. A l'issue de ces 3 années, un rapport d'évaluation sera établi après entretien et l'inspection générale rédigera un rapport d'expertise. Dans l'immédiat et à titre transitoire, seuls seront exigés l'entretien et le rapport d'évaluation.
Nous ne pouvons qu'être d'accord avec ces procédures d'évaluation qui placent tous les inspecteurs sur la même règle, sachant que, pour les IEN,  les passages à la hors-classe continueront de se faire à l'échelon national avec des critères objectifs et que nous maintenons le pourcentage de 40% de hors-classe par rapport à la classe normale.

3. Groupe de travail permanent :

Le ministre a donné son accord sur la mise en place de ce groupe qui réunira des représentants du SI.EN avec les responsables de la D.E. Plusieurs questions seront rapidement en chantier : l'organisation du premier degré ; le redécoupage des circonscriptions dans un souci de rééquilibrage et en tenant compte du poids du privé ; le problème des missions qui alimente le critère de mobilité, etc. Mais il va sans dire que nous continuerons de mettre en avant nos revendications corporatistes qui conditionnent le reste.

Conclusion :

Beaucoup de satisfaction donc face à ces revendications tant de fois mises en avant et qui sont enfin résolues. Même si le concept de "corps unique" reste tabou, certaines avancées nous laissent penser que nous pouvons espérer voir nos revendications indiciaires progresser elles aussi.
Il est temps à présent de montrer, par notre réflexion et nos écrits, que nous sommes un corps d'experts capables de faire avancer le système éducatif dans l'intérêt de tous les élèves.

M. Volckcrick