conseil syndical du 26 mai 2005 : actions de revendication

Les actions en cours dans les académies

Département d'Ille-et-Vilaine

Chers collègues,

Ci-joint courrier commun adressé au Recteur et remis à l'IA 35.

10 collègues mobilisés, 2 excusés sur un potentiel total de 16 : il y a longtemps qu'on n'avait pas vu une telle mobilisation en Ille et Vilaine !

Mot d'ordre de rentrée identique à celui des collègues du 22 : boycott des réunions paritaires de rentrée.

Les secrétaires des sections départementales d’Ille et Vilaine  
à
Monsieur le Recteur de l’Académie de Rennes
Monsieur l’Inspecteur d’Académie, 
Directeur des services départementaux de l’Education nationale 
d’Ille et Vilaine

   

Monsieur le Recteur,
Monsieur l’Inspecteur d’Académie,
 

Le SI.EN-UNSA Education et le SNPI FSU constatent que l’échelonnement indiciaire des IEN ne permet pas plus de reconnaître l’importance de leur engagement professionnel que de prévoir des reclassements suffisamment attractifs pour les nouveaux recrutés.  

Seule une évolution significative de l’échelonnement indiciaire des IEN portant la hors-classe à l’échelle – lettre B et la classe normale à l’échelle – lettre A et ramenant le rythme d’avancement d’échelon dans les deux classes à 2 ans 3 mois serait à même de rendre justice à l’investissement professionnel des IEN.  

Nous demandons que soit élaboré au plus vite un protocole d’accord précisant explicitement l’objectif à atteindre en matière statutaire et indiciaire.  

Nous ne pourrions accepter que de telles mesures soient différées et vous annonçons d’ores et déjà que nous mobiliserons dès la rentrée tous les moyens d’action nécessaires pour que les évolutions demandées soient prises en compte dès le projet de loi de finances pour 2006.  

Nous vous demandons de transmettre ces revendications à Monsieur le Ministre de l’Education nationale, avec l’assurance de notre attachement à un corps d’inspection mieux reconnu et, ainsi, mieux à même d’accompagner les nécessaires évolutions du système éducatif.  

Pour le SI-EN Unsa                                                     Pour le SNPI fsu

 Olivier BOVYN                                                            René Louis LE GOFF

 

Département du Morbihan

Lors de notre réunion syndicale du 5 juillet, tous les I.E.N. du Morbihan ont renouvelé leur engagement et leur très ferme volonté de voir aboutir la revendication qui concerne le cylindrage de la carrière. C'est bien tout le déroulement de cette dernière qui constitue pour nous un incontournable. La fin de classe normale doit être portée à l'échelle - lettre A et la hors-classe à l'échelle - lettre B. Ainsi le verrou des 40 % doit-il disparaître pour laisser place à un avancement systématique ramené à deux ans et 3 mois. Pour reprendre les éléments de ton  courrier du 8 juin, "nous ne pourrions nous résoudre à entrer, une fois encore, dans un cycle de concertations longues, laborieuses... et peu efficaces au bout du compte!". Nous ne comprendrions donc pas que notre mouvement s'achève sur un vague calendrier de rencontres... Nous sommes en attente d'une réponse très concrète de nos interlocuteurs. Notre revendication est juste, et nous ne pouvons que regretter que notre Ministère nous amène à une telle extrémité, alors que depuis de nombreuses années on a su insister sur l'importance du rôle fondamental des I.E.N. dans l'amélioration du fonctionnement du système éducatif.
 
Nous sommes bien décidés à poursuivre notre action au mois de septembre si aucun engagement n'est pris par notre tutelle.
 
Il conviendrait d'autre part de porter attention  au taux de remboursement de l'indemnité kilométrique qui ne correspond en aucune manière à la réalité des frais engagés...
 

Michel GUILLERY

Département de la Loire :

le 4 juillet 2005

                                                                                              à Madame l’Inspectrice d’Académie
Directrice des Services Départementaux
de l’Education Nationale de
la  Loire  

                       Nous vous avons écrit, le 14 mai dernier, trois courriers, pour vous faire part de nos inquiétudes quant au remboursement de nos frais de déplacements et à la clarté des documents budgétaires communiqués lors des conseils d’IEN. Malheureusement, à ce jour, nous n’avons toujours pas reçu de réponse, sur aucun des points abordés. Une nouvelle fois, des frais engagés par les personnels, dans le cadre de leurs missions, ne seront pas remboursés. De plus, les diverses notifications que nous avons reçues depuis, font apparaître une diminution des crédits pédagogiques de circonscription, incompréhensible, à nos yeux.

                        Malgré les nombreuses interpellations, aux différents niveaux (départemental, académique et national), les dossiers des frais de déplacements, des budgets de fonctionnement de nos services, et du déroulement de carrière des IEN n’évoluent toujours pas.

                        Nous ne nous voyons pas recommencer fin août, une nouvelle année scolaire avec de telles incertitudes, avec un tel manque de suite dans les concertations qui confine parfois au mépris vis à vis d’un corps d’encadrement que l’on pense par ailleurs pouvoir endormir en l’encensant comme pilier indispensable au bon fonctionnement du système éducatif.

                        En accord avec nos collègues des autres départements de l’Académie de Lyon, et avec les instances nationales des syndicats d’inspecteurs, nous vous informons solennellement que nous ne répondrons à aucune demande de constat de rentrée, tant que n’auront pas été abondées décemment les lignes budgétaires pour les frais de déplacements et que n’auront pas été actées les améliorations de déroulement de carrière, notamment l’accès à la hors classe et les indices terminaux des deux classes.

                        Dans l’attente de réponses dont nous sommes conscients qu’elles ne dépendent pas toutes de votre niveau de décision, nous vous prions de croire Mme l’Inspectrice d’Académie, à notre volonté d’exercer au mieux nos diverses missions.  

Bernard PHILIPPON - RD Loire

 

Département du Nord :

Ci-après, le texte qui sera distribué aux collègues ce mardi 5 juillet lors du conseil d'IEN.

Des charges et des responsabilités accrues, 
une nouvelle raison
de nous engager dans l'action nationale lancée par le Conseil Syndical.
 

Refus de participer à tout travail de gestion 
du 22 août au 17septembre
 

Le SIEN lance une action nationale pour faire prendre conscience au ministère de la détermination des inspecteurs. Nous constatons que l'échelonnement indiciaire des IEN ne permet pas plus de reconnaître l'importance de leur engagement professionnel que de prévoir des reclassements suffisamment attractifs pour les nouveaux recrutés.
Seule une évolution significative de l'échelonnement indiciaire des IEN portant la hors classe à l'échelle lettre B et la classe normale à l'échelle lettre A et ramenant le rythme d'avancement d'échelon dans les deux classes à deux ans trois mois serait à même de rendre justice à l'investissement professionnel des IEN.  
La note de service publiée le 30 juin sous la signature de M. Paul DESNEUF souligne "le rôle majeur des inspecteurs dans l'encadrement de l'institution".  Elle affiche une volonté d'accroître l'importance des missions des IEN dans les quatre domaines de leur action: évaluation, animation et impulsion, formation, expertise. Elle leur donne une nouvelle raison d'agir. Si le ministère a conscience de l'importance de leurs missions dans le système, qu'il le prouve en prenant en compte leur revendication dès le projet de loi de finances de 2006.  

Dans le cadre des consignes nationales, nous informons Monsieur le Recteur et Monsieur l'Inspecteur d'Académie que 

les IEN du Nord quitteront le conseil d'IEN du vendredi 26 août 
après une déclaration de leur responsable départemental

et se rendront à la Maison des Enseignants, boulevard J-B LEBAS, pour tenir une assemblée générale ouverte à l'ensemble des collègues afin de définir les modalités de poursuite de leur action.  

Ils envisagent de se consacrer exclusivement à la seule mission d'inspection,
refusant tout travail de gestion.
 

Nous demandons à Monsieur le Recteur et à Monsieur l'Inspecteur d'Académie de bien vouloir transmettre nos revendications à Monsieur le Ministre et de l'informer de notre détermination.

 Le 5 juillet 2005. Le RD 59, Pierre FRACKOWIAK

Département de Savoie : 

En Savoie, il y a eu une déclaration du RD au Conseil d'IEN et la décision a été prise de ne pas participer à la CAPD du 7 juillet prochain. Sur 8 collègues et 6 syndiqués (dont un au SNPI), 5 appliqueront le mot d'ordre. L'IA a fait pression "amicalement" sur l'IEN adjoint pour qu'il vienne à la CAPD. Notre collègue s'est laissé convaincre.
 
Cordialement,

 G. BLOND

Département de l'AIN :

Pour information, voici les décisions prise en AG par le IEN de l'Ain, syndiqués (SIEN + 1 au SNPI) et non syndiqués pour la mise en oeuvre du plan d'action intersyndical:
 
- ne pas siéger au 1er conseil d'IEN de rentrée
- différer la remontée de l'enquête de rentrée 
- ultérieurement, en fonction de l'évolution des choses ( en novembre), refus de siéger à un séance d'instance paritaire

 Claude Besson (Ien JASSANS - RIOTTIER)

Académie de Bordeaux :

Compte rendu de l’audience du 28 juin 05

avec le recteur de l’Académie de Bordeaux

Dans le cadre de l’action nationale engagée par le SI.EN Unsa Education une délégation du SI.EN a été reçue en audience par le recteur le 28 juin 2005.

Cette délégation était composée de Daniel Gauchon, Jean-Marie Cornuey, Bernard Lespès et Alain Margnac.

Dès les premiers échanges le recteur a montré qu’il était parfaitement informé de l’action engagée au plan national par le SI.EN et que c’est pour cette raison qu’il avait répondu rapidement à une demande d’audience formulée il y a moins d’une semaine. Il avait également pris connaissance dans le dernier bulletin du SI.EN des actions prévues pour la rentrée selon chacune des spécialités, et qui lui paraissent « lourdes ».

En réponse à son interrogation portant sur les raisons immédiates d’un tel mouvement, il lui a été précisé que l’absence de propositions concrètes dans le cadre du groupe de travail mis en place depuis plus de six mois par le ministère, ainsi que le récent changement d’interlocuteur ministériel faisant craindre l’ouverture d’une nouvelle période d’incertitude, avaient fortement contribué à la nécessité de mettre en oeuvre maintenant une large mobilisation pour obtenir enfin des avancées par rapport à une problématique ancienne, celle du statut et du déclassement indiciaire des IEN, que le recteur connaît bien.

Nous avons rappelé que l’échelonnement indiciaire des IEN ne permet pas plus de reconnaître l’importance de leur engagement professionnel que de prévoir des reclassements suffisamment attractifs pour les nouveaux recrutés.

Nous avons clairement affirmé notre exigence d’une classe normale se terminant à l’échelle-lettre A et d’une hors-classe permettant d’accéder à l’échelle-lettre B avec un rythme d’avancement unique dans les deux classes à 2 ans 3 mois. Cette mesure de revalorisation est d’ailleurs un préalable à notre adhésion au dispositif prévu d’évaluation des inspecteurs dont l’utilisation pour l’élaboration d’un tableau d’avancement est inacceptable tant que l’indice de la classe normale reste au 733.

En conclusion, nous avons demandé au recteur de transmettre au ministre notre attente que soit élaboré au plus vite un protocole d’accord précisant explicitement l’objectif à atteindre en matière statutaire et indiciaire. C’est en fonction de cet engagement ministériel que les IEN se détermineront à la rentrée sur les différentes actions qu’ils projettent de mettre en oeuvre.

Le recteur a manifesté le souhait que la situation évolue favorablement afin que le mécontentement des inspecteurs ne vienne pas perturber la rentrée scolaire.

Nota : nous avons brièvement évoqué les autres préoccupations des IEN relatives aux conditions de travail, à l’insuffisance des budgets de déplacement, au retard dans le remboursement des frais, au manque de transparence de la gestion dans le cadre de la LOLF… mais en indiquant au recteur que ces questions – qui contribuent également au malaise ressenti actuellement par les IEN – feraient l’objet à la rentrée d’une demande d’audience distincte.

Dernière minute : la mobilisation qui se manifeste dans toutes les académies a conduit le ministère à proposer une réunion du groupe de travail IEN qui se tiendra le lundi 4 juillet.

Daniel Gauchon, Jean-Marie Cornuey,
Bernard Lespès et Alain Margnac

 

Département de l'Essonne :

Deux rencontres avec l'IA pour information de la nature du mouvement, de ses modalités et de son calendrier, tels que décidés lors du conseil syndical du 26 mai. 
Ecoute attentive et bienveillante. 
Localement, la dernière CAPD (affectations à titre provisoire et autres...) s'est tenue sans IEN ou presque. Un conseil d'IEN a fait l'objet de la lecture publique d'une lettre sur le modèle du document SIEN 
La grande majorité des inspecteurs, incluant IEN IO et IEN ET sont prêts à se mobiliser à la rentrée, s'il le faut, avec regret mais détermination.
 

Pierre-François GACHET
RD 91

Département de Charente-Maritime :

 Ne pouvant pas refuser de participer au dernier conseil d'IEN le 8 juillet au risque d'être suspectés de vouloir partir en vacances plus vite, nous avons décidé d'informer l'IA que nous refuserions l'ordre du jour et en particulier tout ce qui concerne les points suivants :
- Bilan des inspections
- Missions des IEN
- Carte scolaire

Dominique BOYER - RD

Département de l'Yonne :

Compte rendu de la réunion syndicale du 22/06/2005

 - Rappel de la situation et des initiatives prises par les IEN du département de l’Yonne (cf. conseil syndical du 26 mai 2005, courriels de P. ROUMAGNAC en dates du 8, du 16 et du 20 juin 2005, bulletin syndical n°95).  

- Information sur les initiatives prises dans certains départements et académies (cf. site SIEN)  

- La discussion s’installe relativement au dernier courriel de P. ROUMAGNAC (du 20 juin 2005). La phrase dans laquelle il précise que « Selon les premières réactions, nous envisagerons ou non de faire passer un communiqué de presse précisant le sens de nos revendications et nos perspectives en termes d'action » est critiquée par tous les collègues de l’YONNE qui estiment que quelles que soient ces « premières réactions », l’information à la presse est indispensable. C’est un minimum qui montrera au ministère notre détermination.  

- Information sera faite régulièrement au secrétariat national des actions entreprises dans l’Yonne pour la fin de l’année scolaire.  

Les actions en cours :  

      Ø       Le 16/06/2005, le RD a rencontré l’IA pour l’informer des revendications des IEN, des actions mises en place dans le département et de la procédure retenue (courrier signé, refus,…)
Ø       Ce courrier adressé à l’IA et contenant nos revendications, circule pour signatures. Dès qu’elles seront collectées, il sera remis officiellement à l’IA par le RD et un double adressé au national.
Ø       Le 21/06/2005, non participation au conseil de formation
Ø       Le 22/06/2005, non participation à la CAPD  

Les actions à venir :  

      Ø       Le 23/06/2005, non participation à la CAPD pour l’enseignement privé
Ø      
Le 05/07/2005, non participation à la réunion départementale qui porte sur le Projet académique
Ø       Le 06/07/2005, non participation u conseil d’IEN.  

Les actions dès la rentrée :  

      Ø       pas de comptage d'élèves ni de participation aux mesures d'ajustement de carte scolaire ; 
Ø       non-participation aux conseils d'IEN ;
Ø       aucune remontée d'enquêtes de rentrée, de demandes de renseignements ou d'informations diverses ;
Ø       recentrage sur les missions d'inspection et d'animation ;
Ø       refus de s’engager dans le nouveau protocole d’évaluation des IEN ;
Ø       non-participation à toute réunion institutionnelle ;
Ø       Communication à la presse ;
Ø       Information des élus (députés, sénateurs).
 

- Au plan académique, un contact est pris avec le RA pour qu’il convoque une réunion académique début juillet et pour qu’il demande une audience à la rectrice pour début juillet ou pour début septembre.  

- Enfin, nous allons informer au moins un IEN des deux autres départements de l’académie (58 et 71) de nos initiatives. 

P. Fuster - RD de l'Yonne

                                                                                                           Le 16 juin 2005,

 Monsieur l’Inspecteur d’Académie,  

Au cours de leur conseil syndical du 26 mai 2005, les représentants et les adhérents du SIEN-UNSA  
- ont pris acte de la garantie de l'alignement des indemnités des IEN-ET-EG et IO sur celles des IA-IPR avec effet au 1er janvier 2005 ;  
- ont constaté que même pour cette avancée significative, le décret d’application n'était toujours pas signé ;   
- ont décidé de revendiquer une fin de la classe normale à la hors-échelle lettre A, une fin de hors classe à la hors- échelle Lettre B et une vitesse unique de franchissement d'échelon fixée à 2 ans et 3 mois car les IEN n’acceptent plus une carrière de cadre avec un indice de fin de classe normale au 733 NM, une stagnation moyenne proche de 5 ans à l’échelon terminal de la classe normale, une carrière qui pour certains collègues se révèle moins favorable dans le corps des IEN que dans leur corps d’origine. Les IEN demandent que les mesures nécessaires soient prises en compte dès le projet de loi de finances de 2006.  

Pour montrer leur détermination, les IEN appliqueront les consignes syndicales suivantes :  
Les actions dès le  mois de juin :
 
 
non-participation aux commissions paritaires, aux conseils d’IEN, aux réunions institutionnelles.
 

Les actions dès la rentrée :  
- pas de comptage d'élèves ni de participation aux mesures d'ajustement de carte scolaire ;  
- non-participation aux conseils d'IEN ;  
-
aucune remontée d'enquêtes de rentrée, de demandes de renseignements ou d'informations diverses ;
- recentrage sur les missions d'inspection et d'animation ;  
- refus de s’engager dans le nouveau protocole d’évaluation des IEN ;  
- non-participation à toute réunion institutionnelle ;  
- Communication à la presse ;  
- Information des élus (députés, sénateurs).  

Pour ce qui concerne les IEN de l’Yonne, compte tenu des engagements déjà pris, nous avons participé et participerons aux CAPD et réunions prévues les 15, 17 et 20 juin mais mettrons ces consignes en application dès le 21 juin 2005.  

Nous vous demandons de transmettre ces revendications à Monsieur le Ministre de l’Education nationale. 

Nous vous prions de recevoir, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, l’expression de nos respectueuses salutations.

 Département du GERS :

"Chers collègues,

Dans le cadre de l’action engagée par le SIEN-UNSA à la suite du  dernier conseil syndical, je vous informe des actions qui seront suivies dans le Gers à l’unanimité des 4 IEN exerçant dans notre petit département (3 sont syndiqués au SIEN, la quatrième collègue étant syndiquée au SGEN) :

-         non participation au conseil d’IEN du lundi 27 juin (donc conseil annulé par l’inspecteur d’académie), comme à la CAPD programmée le même jour ;

-         remise imminente du courrier-type (pas d’ajout gersois) à Monsieur l’inspecteur d’académie -DSDEN du Gers pour qu’il répercute l’information auprès du recteur et de l’administration centrale. 

 

 Monsieur l’inspecteur d’académie s’est dit très réceptif aux revendications avancées à l’échelon national les IEN et leur syndicat.

 

Par ailleurs, je vais informer les représentants des enseignants du 1er degré à la CAPD (SE-UNSA et SNU-IPP FSU) des causes de notre non participation à cette commission. Le 2nd mouvement prévu lors de cette instance paritaire pourra avoir lieu malgré notre absence. Celle-ci ne pénalisera donc pas les PE2 sortants et les titulaires demeurés sans affectation à l’issue du mouvement.

 

En espérant que notre modeste contribution sera une pierre de plus pour faire aboutir positivement notre mouvement, je vous adresse mes plus cordiales salutations."

 

Bernard Fainzang

RD pour le Gers

 

Académie de MIDI-PYRENEES

Point sur les actions au 24 juin 2005  

Département

contact

 

09

RD contacté (mail, téléphone)

lettre de revendication sera remise à l’IA sous peu.

Pas de participation des 2 titulaires syndiqués au conseil d’IEN du 8 juillet (2 autres postes : FF)

12

RD contacté (mail + téléphone)

+ 1 FF contacté

pas de boycott de rénuion prévu à ce jour après réunion des IEN (2 syndiqués, 2 non syndiqués) ; relance effectuée

situation départementale particulière

31

RD contacté

CAPD mouvement 7 juillet boycottée
Conseil d’IEN 29 juin boycotté (d’où non participation de l’IGEN Ferrier qui devait venir)
Bonne écoute de l’IA
Déclaration en réunion de préparation carte scolaire + distribution feuille de revendication IA
SE informé
Réunion générale de tous les IEN le 29 juin après-midi

32

RD contacté

distribution feuille de revendication IA imminente
Boycott conseil d’IEN 27 juin
Boycott CAPD 27 juin
IA très réceptif
Information des syndicats d’enseignants

46

RD contacté

distribution feuille revendication IA
Lecture revendication faite en CAPD le 22 juin puis départ et boycott de la réunion
IA réceptif
boycott jury académique Diplôme Prof Ecole
collègues très remontés (frais de déplacement en baisse)
boycott d’autres réunions étudié (nomination maîtres du privé, jury académique CAPA-SH)

65

RD contacté

boycott CAPD du 30 juin par tous, syndiqués et non syndiqués, et remise de la feuille de revendication annoncé

81

RD contacté (mail + téléphone)

changement de RD en cours

pas de réunion d’ici la fin de l’année

remise de la lettre de revendication envisagée 

informations complémentaires suivront après réunion des IEN

82

RD contacté (mail + téléphone)

2 collègues impliqués sur 5 ; engagement difficile

remise de la lettre de revendication à l’IA en conseil d’IEN le 22 juin

ET

RS contacté

majorité SNPI dans ce secteur ; le contact avec le SNPI n’a pas encore abouti ; les syndiqués SIEN apparaissent isolés et soumis à pressions

région

 

RV délégation avec le Recteur le 28 juin
Fédération UNSA informée

     A. Bonichon


Académie de ROUEN

"Pour l’Académie de ROUEN un rendez-vous avec le Recteur va être demandé dès demain pour lui faire part de nos revendications et de notre détermination. Une réunion académique est programmée pour le 30 juin 2005 pour conforter la mobilisation. Nous envisageons pour commencer de boycotter la réunion de rentrée du Recteur prévue fin août.

 Amicalement." 

Jacques BEAUDOIN

 

Académie de MONTPELLIER

                                                           Monsieur le Recteur


            Les Inspecteurs de l’Education Nationale de l’Académie de MONTPELLIER ont décidé d’engager une action syndicale afin de montrer leur détermination à voir aboutir leurs revendications. Celle-ci se traduit par :
- le refus de siéger au Conseil d’IEN des PYRENEES ORIENTALES, le mardi 14 juin,
- le refus de siéger à la CAPD de l’HERAULT, le mardi 21 juin,
- le refus de siéger au Conseil d’IEN de l’AUDE, le jeudi 07 juillet,
- le refus de siéger à la CAPD du GARD, le vendredi 01 juillet.

             Ayant bien pris la mesure des problèmes que cela pourrait causer en cette période difficile, ils n’ont pas mésestimé les conséquences de cette décision.

             Comme la motion nationale vous a permis de le lire, ils peuvent vous assurer que ce n’est qu’en dernière extrémité qu’ils ont pris cette résolution.  

            Soyez assuré que nous sommes toujours aussi soucieux de l’intérêt du service public d’éducation et c’est dans la perspective qu’une amélioration de nos conditions de travail  permettra d’optimiser l’efficacité de notre charge que nous nous mobilisons.

            Je vous prie d’agréer, Monsieur le Recteur, l’expression de mon très respectueux dévouement.

                                                                                   Le responsable Académique  
Philippe VALEMBOIS

Département de la Drôme

"Merci Patrick pour cette réponse rapide et précise.
Je profite de ce message pour t'informer que dans la Drôme les IEN n'ont pas siègé à la CAPD de ce jour. J'avais bien entendu averti l'IA et lui avais transmis un courrier précisant nos attentes.
Je suis satisfait de cette mobilisation des collègues. 
Cordialement"


Noël RAVAT - RD de la Drôme

Académie de Paris

"Au niveau de Paris, nous avons décidé de ne pas participer aux CAPD de juin et nous avons remis à la rentrée des actions plus amples que nous déciderons en AG.
Cordialement."

Bernard Malinaud

Académie d'Amiens

 
Amiens, le 08 juin 2005

             Chers collègues syndiqués et sympathisants,

            Lors du Conseil syndical du syndicat de l'inspection de l'éducation nationale (SI.EN-UNSA éducation) qui s'est tenu le jeudi 26 mai 2005, le bureau national a fait part de l'état des relations et des négociations menées avec le Ministère de l'Éducation nationale.  

            Si, dans le cadre du groupe de travail réuni autour du Directeur de l'encadrement, des avancées « techniques » semblent être en voie d'être obtenues (indemnités, augmentation du nombre des nominations à la hors classe cette année, ... ), le Ministère n'envisage pas actuellement de répondre aux revendications d'évolution de carrière. Ces dernières sont aujourd'hui unitaires puisque le SNPI-FSU vient d'y adhérer. (...)

Face à cette attitude de refus nous avons unanimement décidé d'engager une action qui manifeste, partout où nous nous trouvons, notre volonté de nous faire entendre sur l'exigence que nous affirmons de manière unitaire, et qui revendique une fin de la classe normale à la hors-échelle lettre A, une fin de hors classe à la hors-échelle Lettre B et une vitesse unique de franchissement d'échelon fixée à 2 ans et 3 mois. (...)

Comme dans toutes les académies de France, nous présenterons nos revendications et annoncerons notre entrée dans l'action au Recteur à l'occasion d'une audience. À Amiens, elle est  prévue le 24.06.2006. Dans chacun des départements, une demande d'audience auprès de l'IA DSDEN permettra aux responsables départementaux de préciser nos revendications et d'expliquer que les actions qui seront menées correspondent à un mot d'ordre national et ne visent nullement le représentant local du Ministre. Le plus tôt notre Ministère entendra parler de notre action, plus tôt nous pouvons envisager d'être entendus.

            Comme vous le comprendrez aisément, la mobilisation de tous est nécessaire, la faiblesse de notre action constituerait sans aucun doute un facteur d'échec. Elle illustre bien le rôle et la nécessité de l'engagement syndical et solidaire.        

Guylain HOIN R.A. Amiens