VALORISER LA CONTRIBUTION DES SERVICES D’ORIENTATION DE L’EDUCATION NATIONALE

A L’ORIENTATION TOUT AU LONG DE LA VIE

 

Bref compte rendu de l’audience du 15 décembre au cabinet du ministre Luc Chatel avec Michel Lugnier en charge de l’orientation et de la formation professionnelle
Pour le SI-EN : Yvette Destot et Bernard Lespes

Le SI-EN a sollicité une audience auprès de Michel Lugnier afin d’évoquer les questions d’actualité relatives notamment à l’orientation dans la réforme du lycée et à la place des inspecteurs et des services d’orientation de l’éducation nationale dans le nouveau contexte.
Nous lui avons remis le texte ci après, exprimant la position de notre syndicat sur le positionnement et le statut des acteurs.
Il nous a confirmé toute l’importance que le ministre accordait à ces sujets, mais qu’il souhaitait procéder par étages en ce qui concerne la réflexion sur les COP et les CIO. Il nous a indiqué que le groupe de travail qui réunit les représentants des personnels d’orientation aborde actuellement la revue de leurs missions et qu’ensuite seulement serait déclinée la question de la formation et des statuts pour aboutir à l’écriture du décret concernant le recrutement des conseillers d’orientation psychologues tel que prévu par la loi orientation et formation.
Nous sommes convenus de nous revoir et de pouvoir le saisir par écrit de nos réflexions en cours du processus de consultations, le point de vue de l’inspection lui paraissant essentiel.
 

 
Lettre remise à M. LUGNIER :

Valoriser la contribution des services d'orientation de l'Education nationale à l'orientation tout au long de la vie

PREAMBULE

Le SI-EN UNSA éducation se réjouit que la réforme du lycée consacre une place éminente à une vision progressive et accompagnée de l’orientation des élèves par l’ensemble de la communauté éducative. Cette nouvelle conception, anticipée dans la rénovation de la voie professionnelle, répond aux points de vue de notre organisation dont nous avions à de nombreuses reprises fait part à nos interlocuteurs du ministère et de la délégation interministérielle à l’orientation.
En cohérence avec la mise en œuvre du socle commun dans le contexte européen des compétences clés pour une économie de la connaissance, et la résolution de novembre 2008 sur l’orientation qui invite les états membres à favoriser l’acquisition de la capacité à s’orienter tout au long de la vie, la loi orientation et formation énonce que « toute personne dispose du droit à être informée, conseillée et accompagnée en matière d’orientation professionnelle, au titre du droit à l’éducation garanti à chacun par l’article L. 111-1 du code de l’éducation. Et que « Le service public de l’orientation tout au long de la vie est organisé pour garantir à toute personne l’accès à une information gratuite, complète et objective sur les métiers, les formations, les certifications, les débouchés et les niveaux de rémunération, ainsi que l’accès à des services de conseil et d’accompagnement en orientation de qualité et organisés en réseaux.

LA LOI ORIENTATION ET FORMATION CONFORTE NOTRE POINT DE VUE SUR LE METIER DES CONSEILLERS D’ORIENTATION PSYCHOLOGUES

Elle retient après amendement que l’article 313-1 du code de l’éducation est complété par un alinéa ainsi rédigé :
« Les conseillers d’orientation psychologues exerçant dans les établissements d’enseignement du second degré et les centres visés à l’article L. 313-4 sont recrutés dans des conditions définies par décret. Leur formation initiale leur assure une connaissance étendue des filières de formation, du monde économique, de l’entreprise, des dispositifs de qualification, des métiers et des compétences qui sont nécessaires à leur exercice. Ils sont tenus d’actualiser régulièrement leurs connaissances au cours de leur carrière. »

L’AIOSP souligne que les conditions socio-économiques et les valeurs culturelles sont différentes d’un pays à l’autre et doivent être prises en considération de façon différente dans les normes de qualification des conseillers et qu'une qualification différente est nécessaire pour différents groupes cibles et différentes tâches d’orientation (formation au choix de carrière, counselling individuel, counselling pour des étudiants, des membres de minorités, des groupes multiculturels, des personnes handicapées et des personnes âgées désavantagées).
Le benchmarking nous démontre qu’en France, la qualification de psychologue est affichée par les organismes qui s’installent sur le marché de l’orientation.

Le processus d’orientation des élèves et son accompagnement, concerne naturellement toute la communauté éducative et les processus individuels d’orientation sont naturellement conséquents du résultat des démarches éducatives, d’instruction et d’évaluation des élèves, auxquelles participent tous les acteurs de cette communauté depuis l’école maternelle et élémentaire. En France, les conseillers d’orientation psychologues en sont partie prenante dans leur fonction de psychologue scolaire du second degré et, ils sont les acteurs clés du conseil en orientation.

La « révolution » d’une évaluation positive par les compétences qui consacre la démarche éducative en orientation et le concept de guidance partagé à travers les modalités prévues en formation initiale d’accompagnement personnalisé et de tutorat, inclus naturellement le « counselling » , dont les conseillers d’orientation psychologues sont les principaux acteurs .Le partage de la mission d’orientation avec l’ensemble des professeurs positionne également les COP et les CIO comme experts et centre ressource.
Si les dimensions de connaissance de l’environnement professionnel, du monde économique, des cursus de formation et pour partie de la connaissance « de soi » (feed back des enseignants relatif à l’évaluation des compétences de l’élève , sur ses stratégies d’apprentissage dans les nouvelles logiques d’évaluation que vise la mise en œuvre du socle commun) peuvent être prises en charge par des enseignants formés , l’expertise propre des COP les prédispose à la mise en relation dans le cadre du conseil, des dimensions personnelles , éducatives, sociales et économiques .

Conseiller des équipes éducatives, leur expertise leur permet l’examen du fonctionnement des groupes et de l’institution scolaire notamment dans une approche systémique qui contribue par son feed back aux progrès dans la prise en charge des élèves.
Par ailleurs elle les autorise à contribuer à la construction d’un rapport au métier et au travail chez les élèves (cf. « analyse du travail - ergonomie scolaire » - référent : psychologie du travail ) qui les outillera pour l’orientation et la formation tout au long de la vie (…cf démarche VAE notamment).
Dans le domaine de l’information, les services d’orientation et les COP se centrent sur l’ingénierie de l’information, la formation et l’outillage des enseignants en la matière, à partir de leur expertise de psychologue de l’éducation, « d’ergonome scolaire » (fabrication de supports et de progressions – démarche documentaire- qui tiennent compte des paliers cognitifs et motivationnels des élèves).

Les COP s’ils sont inclus statutairement dans les « personnels enseignants », n’ont aujourd’hui ni les même modes de recrutement ni de formation ni de carrière. La réforme en cours du recrutement des enseignants doit permettre de rectifier ce qui est une incohérence et une injustice.

C’est pourquoi le SI-EN UNSA éducation réaffirme la nécessité de recruter à hauteur des besoins des conseillers d’orientation psychologues dans le nouveau cadre de la mastérisation .

1. Assimilation totale du statut et de la formation des COP et des enseignants (niveau de recrutement, caractéristiques de la professionnalisation, échelle indiciaire, évaluation, gestion de carrière, possibilités de promotion : à l’intérieur du corps, par concours et par détachement).

2. Nécessité absolue de recevoir le grade de master (M2) avant d’être nommés fonctionnaires stagiaires.

3. Pour les COP, il s’agit d’un M2 donnant droit au titre de psychologue. (voir les maquettes de masters existantes)

4. L’année de stage qui fait suite au M2 doit réunir plusieurs conditions :
• C’est une année de formation par alternance professionnelle.
• Sur un poste de COP en responsabilité, mais avec un aménagement des horaires et du secteur permettant de dégager un temps important pour la formation (v. infra).

5. La situation des actuels Centres de formation des COP doit être prise en compte avec leur appareil de formation et de recherche (universitaires, formateurs associés, compétences en ingénierie de formation des COP ; services de recherche et de formation continue).

6. Par un cadrage national, une cohérence approfondie doit être recherchée entre :
• le référentiel des compétences des COP et les grilles d’évaluation.
• La formation et l’examen de master et les stages en formation et en situation professionnelle (« pratique accompagnée »).
• Les épreuves du concours évaluant la compétence académique et les acquisitions nécessaires au développement de la compétence professionnelle.
• L’année de stage en responsabilité.

7. Les stages en formation de master (M2 notamment) et surtout le stage en responsabilité (1ère année de fonction) doivent être co-préparés et co-évalués, en dégageant les moyens de mettre en place une véritable concertation entre les formateurs, les tuteurs de terrain et les inspecteurs de spécialité.

8. En fin d’année de stage en responsabilité, la titularisation doit faire l’objet d’une proposition au Ministre, établie par un inspecteur de spécialité information et orientation, en concertation avec le centre de formation et le ou les responsables de stages sur le terrain.

9. Plutôt qu’un concours en un seul temps après le M2, il convient d’organiser un concours sur une année de glissement, avec, en fin de M1, une admissibilité calibrée (en fonction des recrutements étendus aux recrutements en liste supplémentaire et à une marge de sécurité) et, à l’issue du M2, les épreuves définitives d’admission.

10. Les terrains de stage de M1, M2 et 1ère année de fonctions devront associer : services d’orientation (CIO, SCUIO, DRONISEP, Centre INFFO,…) établissements et organismes de formation initiale et continue, organisations et entreprises, services de l’emploi (Pôle-Emploi, APEC).

11. La formation comportera une initiation à la recherche et à la recherche appliquée.

Un scénario possible : un corps unique de psychologues de l’éducation et de l’orientation
L’objectif de l’acquisition progressive du socle commun pour tous depuis l’école élémentaire qui concerne également les élèves à besoins particuliers, et les enfants handicapés, ainsi que la logique de l’intégration scolaire , confère aux psychologues scolaires un rôle clé dans notre système éducatif. La continuité école/collège pourrait nous conduire à penser un corps unique de psychologue de l’éducation et de l’orientation qui intègrerait les actuels psychologues scolaires exerçant dans le 1er degré (qui n’ont pas de statut de corps propre) et les conseillers d’orientation psychologues. Il permettrait des mobilités professionnelles sur les différents ordres d’enseignement porteuses d’enrichissement mutuel.
A partir des masters de référence existants ( Université de Provence, Inetop, Université de Clermont Ferrand…) on pourrait concevoir une formation mixant psychologie scolaire, psychologie de l’insertion et de l’orientation , connaissance du monde économique et des métiers ainsi que des systèmes de formation qui prédisposerait au recrutement par un concours commun.

LES CIO
La place spécifique des Centres d’Information et d’Orientation doit être consolidée au sein d’un dispositif d’orientation aux multiples acteurs. Le CIO s’y adresse à un public spécifique, mais dans un réseau d’échange partenarial aux compétences diversifiées. L’article 4 de la loi orientation formation préconise le rapprochement sur un lieu unique des partenaires de l’orientation tout au long de la vie. Le modèle « cité des métiers » suggéré en creux, complémenté par les plates formes en ligne nous semble particulièrement opportun dans un souci de qualité du service public d’orientation et de rationalisation de l’usage des ressources. Les organismes participant pourraient cependant y conserver leur identité propre. La réforme des collectivités locales si elle conduit les Régions à envisager ces espaces partagés, ne doit pas exclure l’implantation de satellites nécessaires sur des territoires isolés dont certains CIO pourraient être support.
Nombre de CIO travaillent déjà dans cette logique de rapprochement physique ou virtuel.
Mais l’organisation des CIO sur les territoires ne leur permet pas toujours d’atteindre la taille critique qui leur permettrait une utilisation rationnelle de leurs ressources au profit des établissements et des publics qui les concernent. Une saine réorganisation sur les territoires au cas par cas permettrait de donner à chaque entité CIO la taille suffisante pour répondre à leurs missions au sein du réseau partenarial.

LES INSPECTEURS DE L’ORIENTATION DANS LE NOUVEAU CONTEXTE
Les missions permanentes des inspecteurs de l’orientation sont transversales ; en poste auprès des recteurs, au sein du collège académique des inspecteurs du 2nd degré, du fait de leur expertise propre :
- ils pilotent et évaluent les politiques, les structures, les dispositifs, les établissements, les procédures et les pratiques des acteurs dans le champ de l’orientation et plus globalement de la politique de réussite éducative
- ils participent au pilotage des dispositifs relatifs au décrochage scolaire et en évaluent leurs effets
- Ils impulsent et suivent la mise en œuvre des réformes
- ils animent le réseau des CIO, centres- ressources pour l’orientation des élèves et les préparent à répondre aux exigences des normes de qualité pour l’exercice la mission de service public d’information et d’orientation
- Ils participent au recrutement, au concours et à la formation initiale et continue des conseillers d’orientation psychologues, au niveau master
- Ils inspectent les personnels d’orientation et proposent leur titularisation durant l’année de stage en responsabilité .Ils accompagnent et évaluent leur carrière.
- ils participent à la définition de la politique académique de formation des acteurs, à son animation pédagogique et à l’accompagnement des personnels
- ils apportent leur expertise à la mise en œuvre et à la coordination des politiques d’information et d’orientation scolaires et professionnelles aux niveaux régional et local, à la demande du délégué à l’information et à l’orientation
- ils contribuent à la coordination et à la coopération des différents réseaux et acteurs chargés de l’orientation et de l’insertion dans le cadre du service public de l’orientation et ils interviennent comme expert dans la labellisation des organismes.



Yvette Destot IEN/IO ,SGA du SI-EN UNSA éducation
Bernard Lespes , IEN/IO membre du bureau national du
SI-EN UNSA éducation