Paroles de ministres

Luc Ferry : il faut avoir "l'audace de toucher aux prétendus 'acquis' "

Extrait d'une dépêche de l'AEF (16/04/2003)

 

"Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de choquant dans l'idée qu'un ministre puisse assumer personnellement ses choix et ses responsabilités", répond au "Monde" daté de demain, jeudi 17 avril 2003 Luc Ferry, ministre de la Jeunesse, de l'Education nationale et de la Recherche, alors qu'il est interrogé sur la forte présence de la première personne du singulier dans sa "Lettre à tous ceux qui aiment l'école" qui paraît également demain.

Le ministre relativise les "mouvements de protestation" actuels: "Combien de fois ai-je lu que 'les' parents d'élèves ou 'les' enseignants soutenaient telle ou telle grève alors qu'il s'agissait seulement  de militants d'extrême gauche qui sont bien loin de représenter la majorité! Cela dit, je respecte évidemment les grévistes, j'écoute leurs revendications et j'en tiens compte autant qu'il est possible, mais nous vivons dans un système où le seul moyen de ne déplaire à personne est de ne toucher à rien." Luc Ferry poursuit: "Il y a deux types de réformes: celles qui ne changent rien à l'existant mais y ajoute simplement une nouvelle couche, souvent de façon démagogique, et celle qui ont l'audace de toucher aux prétendus 'acquis'."

Par ailleurs, Luc Ferry annonce qu' "une quinzaine d'articles" de la loi d'orientation de 1989 seront revus "dans un an".

Dans l'entretien, le ministre rappelle également sa position sur les questions des "dérives communautaristes", du rétablissement de l' "autorité" à l'école et de la décentralisation.

L'intégralité de l'entretien est consultable sur le site du "Monde".