Paroles de ministres

 

Débat fondamental ?

Une pierre - philosophique - dans le jardin régionaliste

 

Nous sommes confrontés à une réaffirmation des communautarismes et des différences, à une contestation de la laïcité républicaine», analyse Luc Ferry, ministre de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche, lors du colloque annuel de l’AFAE (Association française des administrateurs de l’éducation) sur la mixité.

 

Selon lui, la mixité recouvre un «champ de questions très larges, toutes d’actualité brûlante» : la sectorisation, l’hétérogénéité des classes, l’éducation prioritaire, la mixité des genres, «question qui se repose aujourd’hui de façon singulière», l’enseignement des langues d’origine, les exigences en matière culinaire en raison de l’appartenance religieuse, le communautarisme et l’enseignement religieux. Il estime que «la victoire du communautarisme et du droit à la différence chemine depuis 20 ou 25 ans».

 

«Est-ce qu’une éducation réussie plonge dans les racines, dans les particularités locales d’origine ou au contraire commence par déraciner, par arracher? Si l’être humain est défini par son appartenance à une communauté à la fois historique et naturelle, alors l’éducation doit être enracinement. Si l’humanité de l’homme provient de son esprit critique, c’est à dire de son arrachement aux particularités et à l’histoire, alors l’éducation doit viser plutôt le déracinement, l’arrachement aux particularités et aux communautés, condition nécessaire à l’universalité et à la condition humaine. C’est un débat fondamental.»

 

Extrait d’une dépêche de l’AEF du 24 mars 2003