Le ministre n'aime pas qu'on suive une autre voie...


Il se trouve que j'ai accepté de répondre à un entretien fait par une journaliste de Valeurs Actuelles, pour éviter qu'une non-réponse puisse donner lieu à des interprétations que je ne souhaitais pas. Mes propos ont été prudents et mesurés, rappelant que l'IUFM formait des fonctionnaires chargés d'appliquer les textes réglementaires, mais que ces fonctionnaires "ne sont pas de simples exécutants, mais des professionnels qui réfléchissent et prennent des décisions". La journaliste, qui a reproduit cette expression mais a bien sûr opéré une sélection dans mes propos, les a mis en balance avec ceux d'un directeur adjoint d'IUFM  qui de son côté affirmait avec force le zèle qu'il mettrait à faire appliquer la circulaire sur la lecture. Le cabinet du ministère s'est vivement ému de mes propos, et a appelé le recteur de l'académie de X.
Le recteur a téléphoné sur le champ à la directrice de l'IUFM pour me faire convoquer immédiatement.
J'ai vu hier, mardi matin, le recteur. Il est très remonté contre moi. Je m'apprête à lui faire un courrier qu'il transmettra au cabinet.
S. P. - formateur IUFM