Bureau National du 15 septembre 2006

 Présents : Christian Bustreau  ; Régis Decofour  ; Bernard De Gunten  ; Gaston Grare  ; Francine Grosbras ; Ginette Kirchmeyer  ; Bernard Lespes  ; Marthe Lévêque  ; Jean-Pierre Martin ; Jean-Claude Quemin  ; Dominique Quinchon  ; Yves Rondel  ; Patrick Roumagnac  ; Michel Volckcrick.
Les autres membres du BN étaient excusés

 1. Préparation des élections professionnelles :

La liste des candidats à la CAPN doit prendre en compte plusieurs contraintes : parité, répartition géographique et juste équilibre entre le 1er degré, les IEN-E.T-EG et les IEN- I.O.
Elle sera publiée très prochainement.

La réflexion a aussi porté sur la profession de foi. Le nouveau document élaboré pour la campagne en cours fait le point sur les acquis dus SIEN-UNSA et insiste sur les futures conquêtes qui ne peuvent être atteintes qu'avec une organisation syndicale puissante et donc RENFORCEE.

Voir la profession de foi sur le site : ..\..\election\IEN2006\Profoi2006.doc

 2. Rencontre avec Luc Bentz, responsable de l’UNSA-éducation 

Le bureau national accueille Luc BENZ, secrétaire national de l’ UNSA-Education. En amont du prochain congrès de la Fédération, prévu en décembre 2007, au cours duquel l’un des thèmes retenu portera sur « Education et territoire », il rappelle la confiance que l’UNSA accorde à notre syndicat. Interface entre le terrain et l’administration, le SIEN dégage un apport précieux d’expertise en particulier dans les domaines où sa forte représentativité ne peut être contestée (premier degré, enseignement technique et professionnel, information et orientation).

 L’UNSA entend développer une logique de réseau plus qu’une logique pyramidale en nourrissant un lien fédéral efficace entre les différents syndicats. L’UNSA dispose d’outils pertinents pour être une fédération attractive. Grâce à ses syndicats dont les réseaux et compétences lui permettent d’envisager favorablement l’avenir, elle entend faire porter la vie fédérale sur quatre pôles majeurs :

-savoir ce qui se passe dans les syndicats,

-en coordonner les actions,

-intégrer l’interprofessionnel, (insister sur la sécurisation des parcours professionnels,…)

-développer le versant relatif à l’éducation populaire (dans l’explosion des banlieues, là où il y avait des intervenants professionnalisés, l’effet destructeur a pu être maîtrisé).  

3. Préparation du congrès de Lille  

Le congrès se déroulera les 19, 20 et 21 mars 2007 au Nouveau Siècle à Lille.  

Une discussion entre les différents membres du bureau national permet de définir le thème :  

Les innovations dans les systèmes éducatifs européens :

les accompagner, les promouvoir, les évaluer, les diffuser

 Déroulement envisagé :

 

19 mars 2007

Matin

Dépouillement des votes des élections au BN et du rapport d’activité

Réunion du BN + réunion du Comité d’organisation du congrès

Rapport financier 

AM

Intervention des invités

Complément au rapport d’activités

Résultats du vote sur le rapport d’activités et des élections au bureau national

Réunion du BN – Election du secrétaire général

20 mars 2007

Matin

Réunion de commissions de secteur

Réunion de commissions de motion

Discussions - débat

AM

Présentation du thème du congrès

Discussion – débat

Intervention du grand témoin : Monsieur Jacques DELORS

aspects politique et économique -  vision transversale de la dimension européenne

21 mars 2007

Matin

Présentation des motions

Vote sur les motions

Clôture du congrès : Conclusions et perspectives, par le secrétaire général

 Remarque :

L’ UNSA Education est très impliquée dans les actions internationales et européennes. Au prochain BN, le 6 octobre 2006, il conviendrait d’inviter certains membres en vue de préparer et d’approfondir le thème du congrès pour lequel pourrait être sollicitée la participation  des personnes suivantes :

§         Agnès Breda, secrétaire nationale, secteur International et Europe,

§         Patrick Gonthier, secrétaire général, secteur Laïcité et Libertés,

§         Françoise Ducroquet,

§         Jean-Louis Biot, membre du bureau exécutif.

 4. Compte rendu de l’audience avec la nouvelle Directrice de l’Encadrement :

voir sur le site : http://www.unsa-education.org/sien/dossiers/carriere/traitements-indemnites/gtDE220806.htm

 5. Evolution du bulletin :

 A l’heure actuelle, il semble la forme papier de notre bulletin soit perfectible. Son coût significatif légitime notre souhait qu’il devienne un outil plus performant.

Il doit être en effet un outil de réflexion, avec des informations et des articles de fond, ce qui nécessite qu’il soit alimenté non seulement par les membres du bureau national, mais aussi par les responsables académiques et départementaux, ainsi que par les lecteurs adhérents.

Un syndicat doit être l’expression de tous ses syndiqués, il est donc nécessaire de solliciter les amis et les collègues pour faire parvenir des comptes rendus et pour proposer des articles sur des thèmes qui alimentent l’actualité institutionnelle et médiatique : par exemple : la loi sur le handicap, l’enseignement technique et professionnel, l’apprentissage, le socle de connaissances, l’apprentissage de la lecture…

 Le formule papier n’est pas à opposer à de nouveaux supports de diffusion comme un magazine électronique ; les deux dispositifs peuvent coexister pour l’instant. Il convient surtout d’engager les académies à s’exprimer le plus possible, afin de faire remonter les idées du terrain.

 Les dépêches de  l’AEF peuvent être exploitées mais elles réclament de l’être très rapidement pour rester dans l’actualité.

 Il semble en tout état de cause que le bulletin gagnerait à être revu dans sa forme de publication et dans son contenu.

 En ce domaine, toutes les idées des collègues seront les bienvenues.

 6. Rencontres avec les organisations syndicales

"Les deux organisations syndicales se félicitent des relations cordiales qui existent maintenant entre nos deux organisations et de leur coopération efficace sur des dossiers communs. Dernière preuve de cette entente, la lettre commune envoyée au Ministre qui se traduira par une audience du Directeur de Cabinet très prochainement.

Concrètement plusieurs pistes  sont conjointement explorées. Michel Maginot propose de demander la création d’une indemnité forfaitaire  de transport qui serait intégrée à notre traitement compensant ainsi la mise à disposition de l’administration d’un véhicule personnel pour exercer nos missions.  Patrick Roumagnac suggère qu’une base de discussion pourrait être l’équivalent de l’indemnité des 110 journées touchée par les IEN-CCPD (Soit 264 euros mensuel) le coût apparaît raisonnable avec un réel impact sur le traitement. Cette IFT compenserait le surcoût des déplacements supporté par nos collègues IA-IPR et IEN. D’autres pistes sont possibles, régime dérogatoire à la fonction publique, augmentation de l’ICA, prêt bonifié… nous sommes ouverts à la négociation mais nous en avons assez d’attendre des études qui ne débouchent sur rien…et un prix à la pompe qui explose.   Nous décidons également de rencontrer la presse sur ce thème des frais de déplacement sensible en ce moment dans l’opinion. La rencontre se termine à 16h30 mais sera suivie d’autres les thèmes à explorer conjointement restant nombreux"  

Les délégations ont échangé essentiellement autour des notions de territoire, d'encadrement, de pilotage.

Le service aux usagers est l'idée centrale. Il nous a semblé que la question des fonctions des personnels n'était pas la bonne entrée. La question essentielle est bien la suivante : que veut-on faire pour rendre le système éducatif  efficace et juste ? Quelle place pour les enseignants ? Pour les inspecteurs ? Pour les chefs d'établissement ?  

Le débat est ouvert et il serait bon de le poursuivre dans le cadre de notre congrès de Lille pour déboucher sur des orientations claires à porter par le BN.  

7. Questions diverses :  

De par leur statut, les IEN ont vocation à inspecter les certifiés nommés en lycée professionnel. Le Bureau National préconise de cesser de se déplacer « en doublette » (un IEN et un IA-IPR). Un seul inspecteur est présent dans la classe et il établit le rapport sur l’exercice professionnel du professeur. Il fait une suggestion de note qui est reprise par l’IA-IPR au vu des pratiques de l’académie (pour harmoniser avec les notes des autres certifiés de l’académie).  

Cette façon de procéder conviendrait au SNIA-IPR, à condition de garder une vision transversale et harmonisée de la notation.  

Le BN est contre cette modulation et le SNIA-IPR partage cette opinion.  

Il n’y a pas de raison de sur-valoriser une mission. L’IEN qui exerce une mission spécifique voit sa charge de travail équilibrée grâce à l’intervention de ses collègues. Les IEN, dans le cadre des échanges dans les collèges d’inspecteurs, modulent eux-mêmes leur charge de travail, ce qui rend de facto inutile et contre-productive la modulation envisagée par le ministère.  

Modulation de l’indemnité basée sur la manière de servir : si on peut concevoir un dispositif pertinent permettant de montrer des différences entre les IEN en termes de compétence professionnelle, le BN est d’accord pour étudier alors une modulation des indemnités, mais il est clair que le dispositif d’évaluation actuel est loin d’être en mesure de fournir des éléments objectifs sur cette composante…  

17 h : fin des travaux