congres.gif (3406 octets)     

PAU - 12 au 14 décembre 2000 : de la FEN-Unsa vers l'UNSA-Education 

 

Patrick ROUMAGNAC : le SI.EN est prêt à tenir toute sa place au sein de l’UNSA Education

Jean-Paul ROUX : le choix de la solidarité interprofessionnelle dans la continuité de la FEN

 

 

Le Palais Beaumont de PAU où s'est tenu 

le Congrès de la FEN .

Délégation du SI.EN : Patrick Roumagnac, Daniel Gauchon, 

Martine Philippe, Bernard Lespès.

 

 

Le SI.EN est prêt à tenir toute sa place au sein de l’UNSA Education

 

Au congrès de la FEN-UNSA qui s’est tenu à Pau du 12 au 14 décembre, le SI.EN était représenté par Daniel GAUCHON, Bernard LESPES, Martine PHILIPPE et Patrick ROUMAGNAC. Aucun collègue du secteur Enseignement technique n’avait pu être présent pour cause de participation à la Journée nationale de l’enseignement technique et professionnel mise en place par le ministre J.-L. MELENCHON.

 

Tout au long de ces trois journées de travaux intenses et de débats parfois passionnés, le SI.EN a affirmé son attachement aux valeurs fondatrices de notre fédération et a manifesté son soutien à tout ce qui était susceptible de renforcer notre union, s’opposant quand il le fallait à ceux qui auraient préféré se replier sur un corporatisme étroit.

 

Au cours de ce congrès qui était, selon les termes de Jean-Paul ROUX, secrétaire général de la FEN, celui de la maturité, notre fédération a fait peau neuve en se dotant d’un projet éducatif ambitieux et résolument tourné vers l’avenir.

Pour que ce dernier soit véritablement porteur des promesses d’émancipation de l’homme auxquelles peuvent contribuer les fabuleux progrès scientifiques et techniques de cette fin de siècle, il faut que nous développions les solidarités au sein du corps social et que nous nous ouvrions largement aux coopérations internationales. La mondialisation ne doit pas rester un outil aux mains des marchands, elle doit devenir la voie ouvrant sur une ère de paix durable dans laquelle seraient équitablement partagés les fruits de la croissance.

 

Pour que ces objectifs puissent prendre corps, il fallait que notre fédération évolue en poursuivant son intégration au sein de l’UNSA qui nous ouvre à l’interprofessionnalité ; c’est chose faite à présent puisque le congrès a adopté, à une très large majorité, la mise en place d’une branche « éducation » au sein de l’UNSA. C’est ainsi que la FEN deviendra « UNSA Education ».

 

Pour éviter les ruptures brutales et permettre à chacun de s’intégrer harmonieusement, à son rythme, dans le nouveau dispositif, le congrès a prévu une période de transition permettant à chaque syndicat national, à chaque section académique, de prendre la mesure des enjeux et de s’approprier le nouveau nom de sa fédération. En ce qui nous concerne, le SI.EN est prêt à tenir toute sa place au sein de l’UNSA Education. Il l’a clairement dit au cours de ce congrès : il continuera à se tenir résolument à la pointe des évolutions de sa fédération. C’est pourquoi le Bureau National propose que notre congrès de Rouen, qui se tiendra les 29 et 30 mars, soit l’occasion solennelle d’adopter notre nouveau sigle : « SI.EN-UNSA Education ». Cette décision sera ainsi la claire manifestation de notre engagement pour une société éducative, c’est-à-dire pour un projet de société fondé sur les valeurs de solidarité et de communication, et non sur la compétition et le repli sur soi.

 

Patrick ROUMAGNAC

 

 

Le choix de la solidarité interprofessionnelle dans la continuité de la FEN

 

Notre fédération porte désormais un nouveau nom : UNSA Education. Notre congrès de Pau vient de le décider en décembre dernier. La FEN poursuit ainsi sa route confirmée dans ses valeurs et dans sa conception syndicale. C’est la même fédération qui continue, identifiée à la solidarité interprofessionnelle de son union, l’UNSA, et porteuse d’un nouveau projet.

 

Notre tâche militante des jours, des semaines, et des mois qui viennent est toute tracée : assurer une continuité sans faille de la FEN à l’UNSA Education en popularisant notre projet.

« Pour une société éducative » permet aux éducateurs que nous sommes de présenter des réponses réalistes et ambitieuses aux questions que se posent les personnels, la communauté éducative et la nation. L’élaboration de ce projet s’est appuyée sur la richesse des expériences de l’ensemble des salariés.

 

Mieux entendus

 

Notre projet trouve ainsi sa dimension naturellement traduite dans l’UNSA ; car c’est bien le choix de la solidarité interprofessionnelle que nous avions fait en créant, avec d’autres, l’UNSA. Désormais, notre union, reconnue dans le paysage syndical français, se développe aussi bien dans le secteur privé que dans les services publics, dans la Fonction publique en particulier.

 

Les propositions, les exigences, les revendications d’UNSA Education sont ainsi prises en compte et amplifiées par notre union. Nous serons donc mieux entendus parce que nous sommes plus forts, parce que nous pouvons parler au nom de l’ensemble des salariés sur chacun des terrains social et économique, mais aussi sur celui des problèmes de société.

 

Pour les générations futures

 

UNSA Education, Fédération au sein de son Union, est donc tournée vers l’avenir. La cohérence de ses choix et la fidélité à ses valeurs sont avérées. Cette cohérence est à la mesure de la modernité du projet et de l’ambition syndicale que nous proposons aux générations de jeunes collègues qui viendront dans les prochaines années ressourcer nos professions.

 

En ce début de millénaire, je forme des vœux pour une nouvelle époque. Réaliser ce que nous voulons, ce que nous décidons, le mettre en oeuvre ensemble, c’est mon vœu le plus cher pour chacune et chacun d’entre nous afin que cette ère nouvelle soit à la mesure de notre ambition.

 

Jean-Paul ROUX - Secrétaire Général de l'UNSA Education