La lettre du SI-EN 59. N° 19. 3 mai 2006.

 Le ministre persiste… Il annonce qu'il va s'attaquer aux règles de grammaire et au calcul.  

Encore une mise en cause du travail des enseignants du premier degré… et du nôtre !  

Espérons que cette fois, ce ne sont pas les groupuscules les plus réactionnaires du paysage éducatif qui détermineront ses décisions…  

1. Le protocole et la formation des maîtres

 Notre département est désormais en situation d'alimenter les réflexions nationales sur l'évolution de l'inspection, aussi bien au niveau de l'institution – et les responsables de ces questions au ministère seraient bien inspirés de prendre en considération ce qui se passe sur le terrain – qu'au niveau des syndicats d'inspecteurs, de tous les corps d'inspection. Notre syndicat a toujours démontré qu'il n'avait pas une conception étroitement corporative de son action et que, syndicat de responsables, il participait de manière constructive aux réflexions engagées, et qu'il prenait l'initiative lui-même de travailler sur la place des corps d'inspection dans l'évolution de l'école. Rappelons que c'est le SI-EN 59 qui, avec le soutien du secrétariat national, avait en 1990 organisé un colloque sur "l'inspecteur du 21ème siècle" avec la participation de Claude PAIR,  de Jean-Claude FORTIER, de Francis DANVERS, de Georges GAUZENTE et Jean-Pol ROCQUET… On peut encore trouver des contributions – qui restent d'actualité -  sur le site Internet du SI-EN. Ce travail se poursuit. Nous y participons activement.  

Il apparaît indispensable de nous mobiliser dans une seconde ou troisième étape de la mise en œuvre du protocole d'inspection (et dans la cadre de l'évaluation des IEN) sur la formation des maîtres.  

Il est évident que les résultats de notre action, à long terme, et les performances des élèves dans les écoles sont fortement déterminés par la situation sociale. Ce point est désormais acté. C'est un point sur lequel nous n'avons aucune prise. Il relève des politiques du logement, de l'aménagement du territoire, de l'action sociale, de l'emploi… Pour certaines, les inspecteurs territoriaux peuvent éventuellement jouer un rôle de conseil technique auprès des collectivités locales (ce qui nous différencie nettement et positivement des corps d'inspection disciplinaires). Il s'agit d'ailleurs d'un domaine où nous aurions intérêt à faire valoir davantage notre compétence. Nous sommes souvent sollicités par les élus locaux sans que ce travail soit formellement reconnu.   

Il est aussi évident que les performances des élèves sont déterminées par les compétences des enseignants et par leurs choix pédagogiques, et donc par leur formation, initiale et continue. On peut au moins l'espérer ou en faire le pari. Ce point peut être considéré comme un levier pour les inspecteurs… à la condition qu'ils puissent effectivement exercer une influence, ce qui n'est pas le cas pour la formation initiale et ce qui n'est pratiquement plus le cas pour la formation continue.  

L'IA – DSDEN s'engage à redonner une place importante aux IEN dans la formation continue malgré l'accumulation des contraintes et la réduction des moyens. Acceptons-en l'augure et réfléchissons aux conditions d'efficacité de la FC.  

Pour conception de la formation initiale et de ses corollaires, l'adaptation au premier poste et l'accompagnement du début de carrière, les inspecteurs territoriaux n'existent pas sauf à donner quelques prestations ponctuelles. Nous sommes pourtant les premiers utilisateurs des sortants d'IUFM et les premiers évaluateurs objectifs de la FI. A la demande de l'IUFM, le recteur a organisé le 8 février une réunion associant la direction de l'IUFM, les IA-DSDEN, la secrétaire générale de l'académie, le doyen des IA/IPR, la doyenne des IEN (ET, car pour les IEN CCPD, il n'y en a pas encore) et l'IGEN correspondant académique. Une démarche d'évaluation est proposée pour la rentrée prochaine. L'IA-DSDEN l'a évoquée lors du dernier conseil d'IEN. Il est évident que nous aurons à travailler aussi sur cette question. Donnez-nous votre avis !    

2. Le séminaire académique du vendredi 12 mai

 Nous n'avons toujours pas d'informations sur le contenu du séminaire académique. Nous renouvelons l'espoir que ce séminaire ne sera pas la répétition du séminaire national dont nous avons eu un compte-rendu détaillé et dont nous savons tout, et que les intervenants prendront en compte les travaux que nous avons conduits dans le département sans attendre ce séminaire.

Au demeurant, il serait sans doute sage que deux ou trois collègues particulièrement investis sur la lecture préparent des interventions. Nous prendrons quelques contacts à cet effet. Si la bique lisait, son maître pourrait, par exemple, entre autres collègues, se mettre à écrire pour dire.
Quant au "séminaire du lendemain", samedi 13 mai, rappelons qu'il s'adresse aux conseillers pédagogiques.      

3. Les résultats du concours

 Pour l'académie de LILLE, 6 candidats ont été admis: DRUON Gérard, VANDERSTYL Arnould; LECREUX Bertrand, CASSAR Olivier, SCHOONERE Patrick…

et Mireille DERVILLE qui faisait fonction d'IEN à DOUAI CANTIN

Toutes nos félicitations.  

4. Le mouvement

 Le SI-EN mettait sur son site les résultats du mouvement le vendredi 21 à 18h, immédiatement à l'issue de la réunion de la CAPN.

Pour le Nord:

Thierry DENOYELLE part à MAYOTTE. Sylvie MONIN passe de VALENCIENNES ANZIN à VALENCIENNES BRUAY.

Apparemment, il faudra attendre le mouvement complémentaire pour quelques collègues dont la demande est liée à des données qui ne sont pas encore connues. Ainsi,  Yves GOEPFERT et Denis TOUPRY (en attente des résultats du concours IA IPR), Lilia VALMORI, Franck MONTUELLE, Patricia LAMMERTYN devront encore patienter. Pour Elisabeth VERBOIS, Colette PERDRAUT, et, peut-être pour Eric GUTKOWSKI, sous réserve des informations précises que j'attends de notre secrétaire national, il semble que les situations pourraient encore évoluer.

Il n'est pas impossible que nous soyons contraints de rappeler au ministère que le mouvement des IEN n'est pas qu'un acte administratif inscrit dans des rigidités réglementaires. Il y aussi l'intérêt du service (quand, dans certains départements où le rôle de l'encadrement est crucial, on compte 6 ou 7 postes vacants, on pourrait faire preuve de souplesse…) et l'humanité ou la compréhension. Les IEN ne sont pas que des pions, ils sont des hommes et des femmes qui peuvent avoir des problèmes personnels sérieux qu'ils ne peuvent pas toujours décrire dans le détail, par pudeur, par respect (on pourrait leur faire confiance)! Il n'est quand même pas scandaleux de laisser partir certains collègues ou chefs d'établissement au terme de deux années d'exercice sur un même poste au lieu des trois réglementaires, d'autant que chacun sait bien qu'un cadre est plus performant dans un poste qu'il a sollicité que dans un poste où il est contraint d'exercer en se considérant comme une victime de l'injustice ou de l'inhumanité des plus hauts responsables.    

Dans le Pas-de-Calais, Jacques COTELLE part à AUXONNE Val de Saône. Philippe COURBOIS passe de ARRAS 4 à ARRAS 3, Pierre FLOCHEL de VENDIN LE VIEIL à ARRAS 4

5. Le collège des IEN du premier degré

 Plusieurs problèmes dans l'actualité mettent en évidence que la présence d'un collègue élu dans les instances de direction de l'académie, comme c'est le cas pour les IA IPR et pour les IEN ET, n'est pas sans intérêt, sans pour autant nier la spécificité de nos fonctions, ni l'importance de l'échelon départemental ni le rôle des IA DSDEN.  

Nos collègues du Pas-de-Calais nous ayant donné un accord de principe pour le modèle de l'académie de STRASBOURG (un doyen d'un département et un suppléant de l'autre, avec alternance au milieu du "mandat" et avec la présence des deux dans les instances les plus importantes), nous proposons de prendre contact avec Madame le Recteur pour que cette question soit remise à l'étude, que les modalités de désignation soient mises au point en concertation et que cette disposition soit mise en oeuvre pour la rentrée prochaine.

 Pour notre part, nous serions favorables à un appel de candidatures dans les deux  départements et à une élection. A débattre.

6. La planète des alphas

 Avec Jacques FIJALKOW, Eveline CHARMEUX, Philippe MEIRIEU, nous avons adressé une plainte auprès du médiateur de France 2 pour non respect de la charte du service public de télévision. Mon texte "La planète des alphas pour les petits bêtas?" a été retenu pour cette démarche et pour la campagne médiatique que nous développons. L'opération lancée au DOUSSARD en Haute Savoie, pendant les vacances scolaires, ce que les médias se sont gardés de dire, par une équipe de marchands, joue sur l'air du temps et sur la manipulation de l'opinion publique. Selon J-M KROSNICKI, IEN A à ANNECY, l'IA-DSDEN  n'a pas été consulté. L'opération a été refusée en Belgique… L'enquête effectuée par Patrick GONTHIER (SG UNSA Education) en Suisse montre que les informations données (nombre d'enseignants ayant adopté la méthode, soutien des institutions suisses…) sont fausses. Le dossier contient également une lettre sur papier à en-tête, présentée comme un soutien de l'IA du Nord. Cette utilisation d'un courrier émanant en fait de l'un de nos collègues nécessitera une mise au point. La présence annoncée d'un huissier qui fait de cette affaire une télé réalité pédagogique du plus mauvais goût, ne change rien à notre jugement, au contraire.

 Dernière minute: 26/04/06 21h. Selon l'AEF, France 2 abandonnerait ce projet et serait même prête à le "traiter avec un peu d'humour". Par ailleurs, France 5 (Ripostes Serge MOATTI), étudie la possibilité de traiter ce sujet sur la base du texte cité ci-dessus. La campagne de presse se poursuit: Journal du dimanche du 30 avril, prochainement sur le site Nousvousils, interviews RMC, AEF, AFP, etc….

7. Suite. L'ETAT nous doit….

 Soyez en retard de 24 heures pour un paiement à l'Etat. Aucune pitié! Vous serez sommé, taxé, suspecté…

Mais que l'Etat soit en retard de quatre ou cinq mois dans le règlement de sommes dues, aucun recours possible. Les dettes de l'Etat peuvent s'élever à quelques 1500 voire 2000 euros par collègue, ce n'est pas rien, c'est choquant.    

8. L'inspecteur inspecté… pour revenir au protocole…

Notre collègue Jean-Pol ROCQUET publie une très intéressante étude de 50 pages sur un thème qui intéresse naturellement les IEN: "l'inspection évaluée par les enseignants"  

Après avoir situé les pratiques d’évaluation en inspection, les questions qu'il se pose peuvent être ainsi formulées :

-         Est-ce que l’inspection a de la valeur pour l’enseignant qui est inspecté ?

-         Est-ce que l’inspection que je pratique est reconnue comme conforme et singulière ?

-         L’évaluation, en inspection, est un processus qui met à parité les protagonistes de l’évaluation. Dans ces conditions, la confiance peut-elle se développer, même si a priori c’est plutôt la défiance qui s’exprime ?

-         L’inspection contient la procédure de contrôle qui vise à établir la conformité et le processus d’évaluation qui vise à donner du sens à la singularité. Le contrôle et l’évaluation supposent des méthodes, des finalités, des discours différents. Le changement de posture de l’inspecteur est-il perçu ? En quoi est-il visible ?

-         Y a-t-il une différence entre évaluer et piloter ? Un inspecteur peut-il piloter une circonscription ?  

Evidemment, l'enquête a été conçue par J-P ROCQUET, diffusée dans sa circonscription, traitée par lui-même, elle peut être discutée, mais elle permet au moins de confronter nos points de vue avec les siens, elle permet de fonder des débats sur les pratiques d'inspection, elle pourrait être présentée dans un groupe de suivi du protocole.  

A noter qu'il propose une modalité d'inspection que nous n'avons pas abordée dans nos réflexions sur le protocole: l'entretien avant inspection.  

A noter également, en revenant au protocole, que notre souci n'est pas de compliquer et d'alourdir nos tâches (si tel était le cas, il conviendrait de proposer des ajustements), mais de rendre nos pratiques plus lisibles et plus efficaces.  

On peut trouver ce texte sur le site "Métiers d'inspecteur" (CRDP de REIMS) ou en le demandant au RD.  

Ce texte pourrait être mis en débat. Les contributions seraient alors diffusées par le courrier électronique aux adhérents du SI-EN et … à Jean-Pol ROCQUET  

Bien cordialement

Pierre FRACKOWIAK  

Hommage à Noël JOSEPHE, l'inspecteur, le militant syndical  

Un recueil de messages, de témoignages, de souvenirs a été élaboré en accord avec la famille sur la base exclusive des écrits de collègues IEN.
On peut recevoir ce recueil par la messagerie électronique sur simple demande au RD.
On peut aussi le demander pour le proposer aux anciens IEN que l'on connaît, qui n'utilisent pas Internet, qui ont bien connu Noël JOSEPHE…  
Pour info… pour les plus jeunes collègues: Noël JOSEPHE, ancien député, ancien président du Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais, inspecteur à CHINON, à BEUVRY et à LILLE, était un des piliers du SNIDEN puis du SI-EN, trésorier national pendant de nombreuses années, représentant des retraités, exemplairement fidèle à nos réunions.