SI.EN - 62

           

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE DU 22 SEPTEMBRE 2004

 

Fonctionnement départemental

Les collègues font part de leurs inquiétudes quant au mode de fonctionnement du nouvel IA.

 

Le sentiment général est que derrière les annonces,  les décisions sont prises sans véritable concertation.

Le conseil des IEN présenté comme lieu de débat, de consultation, est réduit à une réunion d’information.

L’IA ne nous donne pas l’impression de préparer ceux-ci et paraît découvrir les documents de travail (rapport d’inspection, grille de notation, recensement des effectifs...) au cours du conseil.

 

Par ailleurs nous n’apprécions pas les reproches collectifs (vous n’inspectez pas assez…) :

Nous attendons que l’on recherche d’abord les causes des difficultés éventuelles,  et que l’on fasse des propositions pour les dépasser.

S’est-on penché sur les charges de travail qui ont marqué ces dernières années : consultation des enseignants sur les nouveaux programmes en 2001, grand débat sur l’Ecole en 2003 (Claude THELOT nous indiquant que nous inspecterions moins…) ? Naturellement à chaque fois les délais imposés méconnaissent les conditions dans lesquelles nous  travaillons.

Par contre si l’activité professionnelle d’un collègue nécessite une remise en cause, il appartient à l’IA de s’adresser directement à celui-ci en apportant des faits clairement établis et dans des circonstances dignes d’un entretien professionnel (en évitant les prises à parti entre 2 portes). Dans ce cas la présence d’un autre collègue nous semble souhaitable.

 

Enfin il apparaît que les propos ou réponses de l’IA ne se concrétisent pas.

 

Nous demanderons à ce que :

-    le conseil d’IEN redevienne ce qui était annoncé, lieu de débat et d’aide à la décision de la   

politique départementale.

-         les IEN soient réellement consultés sur les points essentiels qui concernent leur action

-         les engagements soient tenus

 

Pour étayer nos propos nous pourrons évoquer, entre autres,

-         la suppression des postes d’EMF  sur le bassin de Calais-St-Omer sans en informer les IEN ni les personnels concernés

-         l’annonce des décharges des écoles à 5 classes du groupe 5 après nous avoir demandé d’organiser les services partagés

-         les informations qui arrivent par la bande (le maintien de note ne gèle plus les promotions…)

-         la nouvelle grille de notation qui, quoiqu’en dise l’IA, n’a jamais été discutée (reportée lors du conseil du 13 mai car l’IA ne la comprenait pas…et « balancée » le 10 juin (à Oignies) comme définitive).

-         Les engagements d’informer les IEN des projets en cours (transfert des personnels au Rectorat, suppression du service des examens ?…) ou de revoir l’équipement des circonscriptions, sans qu’il y ait la moindre suite ( je découvre aujourd’hui même la lettre censée nous demander de compter les effectifs …. qui est devenue une note d’explication pour remplir le tableau !).

-         Les cartes de visite professionnelles prévues pour décembre 2004 …que nous attendons toujours.

-         Des notes qui tombent sans que l’on sache bien qui en a pris l’initiative, à quelles fins et sans évaluer les conséquences (frais de stages, rôle de l’IEN vis à vis des parents en cas d’absentéisme…)

-         une carte scolaire difficilement lisible (les IEN qui sont consultés  sur le papier-cf  dossier carte scolaire 2004- mais à qui l’on refuse la moindre info la veille de rentrée ;  des postes en plus qui ne sont pas des ouvertures (?), des effectifs définitifs à remonter alors que les élèves ne sont pas encore en classe ; des contrôles à effectuer après que les décisions soient prises…)

-         des généralisations qui nous semblent aller à l’encontre du but recherché (faire remonter les rapports pour éviter une contestation qui pourrait conduire au TA alors qu’il sera impossible de donner à l’enseignant ce même rapport dans les délais prévus), généralisation à partir d’un nombre de cas que l’on refuse de nous indiquer

 

etc !

 

 

 

Décision est prise  de rédiger un compte rendu de  chaque conseil d’IEN,  diffusé à l’ensemble des IEN et à l’IA pour garder trace des engagements et décisions. Pour éviter de personnaliser le « secrétaire », je propose que nous tournions pour cette tâche.

 

 

Formation continue

 

Notre position actuelle est la suivante :

Si l’action est retenue dans le plan de formation, alors les moyens sont prévus, ce qui implique les rémunérations correspondantes et la présence effective des formateurs pressentis.

Dans le cas contraire l’action ne peut avoir lieu.

 

         Organisation du syndicat

 

            E.BIGOT est reconduit comme Responsable Départemental (merci, merci !).

 

            Pour les représentations au sein de l’UNSA Hélène MUNOS nous représentera selon l’ordre du jour la date et le lieu , ou se fera représenter.

 

            Pour les consultations urgentes nous gardons le principe d’un relais par bassin :

M.A. PLOUVIN pour Calais-ST-Omer

F.CUGNY pour Boulogne-Montreuil

C.LALOUX pour Béthune-Bruay

G.PETIT pour Lens

J.COTELLE pour Artois-Ternois